Archives de catégorie : études théâtrales

Les études théâtrales forment un champ de recherche pluridisciplinaire qui engage une réflexion autour de la pratique théâtrale.

Axes de recherche 2024

Depuis l’émergence de la contre-culture dans les années 1960, l’intérêt pour les pratiques chamaniques et leurs dimensions spirituelles a entraîné un renouvellement significatif du geste créateur et une transformation des pratiques scéniques, et par porosité, participé à l’émergence d’un théâtre contemporain autochtone.
Comment l’intégration des imaginaires et gestes chamaniques — notamment l’ontologie animiste, l’état de transe et les rituels — dans le théâtre contemporain en tant que paradigme artistique transforme-t-elle les pratiques scéniques et la relation entre l’œuvre, l’artiste et le spectateur, et, a fortiori, les esprits ?
Le « vacillement des limites », semblant représenter une caractéristique intrinsèque du chamanisme, cette recherche vise à explorer les modalités et les implications de ces influences chamaniques sur la création et la réception théâtrales, interrogeant la capacité des arts contemporains à redéfinir les frontières entre le réel et l’imaginaire, entre l’art et la vie. Mon travail s’attache ainsi à examiner les contradictions potentielles entre l’authenticité des expériences chamaniques et leur représentation dans l’art, ainsi qu’à évaluer la portée du théâtre contemporain lorsqu’il navigue dans ces espaces liminaires en tant que vecteur de connaissances et de transformations collectives.
En considérant les arts visionnaires chamaniques comme des témoignages de voyages dans les mondes-autres, qui fournissent non seulement une représentation des visions, mais offrent également une appréhension complexe des forces et des entités animant ces mondes, cette recherche vise à déceler la présence de ces motifs archétypaux au sein des cosmologies artistiques contemporaines, en se concentrant particulièrement sur l’analyse dramaturgique de leurs manifestations théâtrales.

Continuer la lecture de Axes de recherche 2024

Transcrire l’ineffable : mes recherches sur le chamanisme et l’art visionnaire.

Je viens d’un milieu où certains utilisent les drogues psychédéliques ou dissociatives non pour faire la fête, mais pour explorer d’autres dimensions d’eux-mêmes et de la réalité.

Continuer la lecture de Transcrire l’ineffable : mes recherches sur le chamanisme et l’art visionnaire.

Axes de recherche 2023

Dans l’approche anthropologique, le chamanisme se définit comme une forme immanente de médiation entre les humains et les esprits, assurée par le chamane au service de sa communauté. Celle-ci attend de son chamane qu’il maîtrise les aléas et la protège du malheur ; qu’il soit un « réparateur du désordre » (Baud, 2016). Le chamane a la capacité d’entrer volontairement dans des états de conscience non-ordinaire. Dans ces états, il voyage dans des « mondes-autres » (Perrin, 2010), « autres » que celui que nous connaissons habituellement pour acquérir des pouvoirs, et entrer en dialogue avec les esprits auxquels il est lié, pour qu’ils l’assistent dans son travail rituel. Ce travail rituel peut être étudié comme technique d’imagination, c’est-à-dire comme technique d’investigation et de cognition de l’invisible (Stépanoff, 2019). La représentation rituelle chamanique rend présents ces êtres imaginaires invisibles (Hamayon, 1997). Partant de l’hypothèse d’une corrélation entre représentations rituelle et théâtrale (Houseman, 2021), mon projet de thèse interroge l’existence d’imaginaires, de gestes, voire de démarches chamaniques sur la scène contemporaine.

Dans sa série de conférences au Collège de France, Jerzy Grotowski identifie deux sources au théâtre : le rituel et le conteur (Grotowski, 1997). Initialement, mon intérêt s’est porté vers le théâtre rituel, performatif, et l’exploration de travaux d’artistes contemporains qui visent une agentivité de la représentation. Pour les artistes issus d’une ontologie naturaliste (Descola, 2005), j’ai postulé qu’un changement paradigmatique est sans doute nécessaire pour qu’ils envisagent le théâtre chamanique comme un instrument de guérison de notre monde par le biais de l’intervention des esprits.

Malgré l’importance que le rituel conserve dans mes recherches, ce sont les récits de ce qui se déroule derrière « les portes de la perception » (Huxley, 1954) qui suscite réellement mon intérêt. Je suis en quête d’artistes qui, sur scène, content au public leurs voyages à travers les mondes-autres1, et leur offre ainsi des clés pour y naviguer eux-mêmes.

Je présume que chaque monde-autre convoqué dans ces récits est sous-tendu par une diégèse2. Mon souhait serait d’en identifier les lignes directrices ainsi que les divergences, pour mettre en évidence les cosmologies communes que ces artistes contemporains sont en train d’inventer ou de réinventer. Le récit se situe donc au centre de mon projet de recherche, car je suppose que l’un des pouvoirs de la représentation réside dans la capacité à suspendre le flux temporel pour rendre présent le moment du récit mythique.

L’objet principal de ma thèse serait d’entreprendre une analyse approfondie des représentations théâtrales qui mettent en scène ces mondes-autres. Cette étude se pencherait sur le processus de composition mis en œuvre dans ces représentations, avec un accent particulier sur les modalités spécifiques qui permettent de figurer scéniquement le récit mythique. Étant donné que chaque élément est considéré comme signifiant dans le contexte d’une production théâtrale, cette recherche engloberait l’étude des rapports avec le public, de la direction d’acteur, ainsi que de l’ensemble des techniques scéniques impliquées (les éclairages, les décors, les costumes, la musique…). L’intention étant de comprendre comment ces différentes composantes contribuent à la transmission d’un imaginaire chamanique.3

Notes

1 Monde-autre : Michel Perrin présente une perspective dualiste de l’existence humaine et du cosmos. Il postule que l’homme se compose d’un corps et d’une âme, cette dernière étant capable de se délier de la forme corporelle et de persister au-delà de la mort. Ce dualisme est présent non seulement chez les hommes, mais aussi dans toutes les entités naturelles, qu’elles soient vivantes ou inertes. Le monde, à son tour, est perçu comme bifurqué entre deux pôles : le monde visible, quotidien et profane, et le mondes-autre, généralement insaisissable pour l’homme ordinaire. le monde-autre est la sphère des divinités, des esprits et des ancêtres. Il est la source de révélations mythiques et du sacré. le monde-autre et le monde visible coexistent et se chevauchent constamment, avec le premier donnant du sens au second. Les agents des divinités peuvent se manifester dans le monde visible sous une forme ordinaire, surtout la nuit, et leur présence a des conséquences tangibles pour les humains. Les entités de ce monde-autre sont anthropomorphisées, portant les pensées et les passions similaires aux hommes qui les ont conçues, bien que leur puissance dépasse celle de l’homme. Les grandes adversités humaines sont attribuées à l’influence du monde-autre, et l’homme paie une « dette » au monde-autre en exploitant et en dégradant la nature pour sa survie. En outre, le texte postule un cycle long, par lequel les âmes des morts, une fois libérées, participent à la perpétuation du monde, ajoutant une signification plus profonde à la mort. Le chamane a la capacité de voyager volontairement dans ces mondes-autres. (Perrin, 2010)

2 Univers d’une œuvre, le monde qu’elle évoque et dont elle représente une partie.

3 À cet égard, l’ouvrage intitulé “Les formes du visible” de Philippe Descola pourrait se révéler utile, car il propose d’interroger la figuration par le prisme de l’anthropologie. Ce livre « est fondé sur l’idée que les images non seulement figurent, donnent à voir, représentent tel objet du monde, mais rendent visible l’ossature du réel, c’est-à-dire les principes et les contenus visuels au moyen desquels un type d’ontologie, une forme de mondiation, devient présent pour une collectivité. De plus, elles le font selon des dispositifs formels qui sont dépendants des choix ontologiques ; pour figurer certaines choses, on emploiera telle ou telle forme de construction de l’espace visuel : un point d’observation unique ou multiple, un rapport distinctif ou unifié entre la forme et le fond, un intérêt pour la figuration de la profondeur ou non, etc. Enfin, les images sont aussi des agents parmi d’autres de la vie sociale et cette puissance d’agir qu’on leur reconnaît leur confère une certaine autonomie dont les modes d’activation diffèrent en fonction des options ontologiques, de même que diffèrent les réseaux qui les accueillent et les formes de leur ostension. » (Descola, 2022)

Bibliographie sélective

Baud Sébastien et Bernand Carmen, Anthropologies du corps en transes, Saint-Denis, Connaissances et savoirs, 2016.

Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 2005.

Descola Philippe, Les formes du visible une anthropologie de la figuration, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Les livres du nouveau monde », 2021.

Grotowski Jerzy, La Lignée organique au théâtre et dans le rituel, Houilles : le Livre qui parle, 1997.

Hamayon Roberte, Pour en finir avec la « transe » et l’« extase » dans l’étude du chamanisme, 1995.

Houseman Michael, Rituel, spectacle, spectacle rituel, Maison de la Recherche en Sciences Humaines, [https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/7000], consulté le 5 mars 2023, 2021.

Huxley Aldous, Les portes de la perception, Monaco, Ed. du Rocher, coll. « 10/18 1122 », 1954.
Extrait disponible sur [https://chamanisme.hypotheses.org/2547]

Perrin Michel, Le chamanisme, 5e éd., Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? 2968 », 2010.

Stépanoff Charles, Voyager dans l’invisible techniques chamaniques de l’imagination, Paris, la Découverte, coll. « Les empêcheurs de penser en rond », 2019.

Présentation

Ma biographie

Martin Geoffre à été administrateur de compagnie et organisateur de fêtes techno pendant 20 ans. Il est doctorant en Études Théâtrales à l’université de Rennes 2 depuis l’automne 2021. Son projet de thèse a pour titre:
« Imaginaires et gestes chamaniques sur la scène contemporaine ».


Ce carnet a pour but de présenter mon travail de recherche.
J’espère que les personnes intéressées par ce sujet y trouveront
d’enthousiasmantes ressources!

Continuer la lecture de Présentation

Mon parcours avant d’être doctorant

Depuis vingt ans, au fil d’étapes et d’articulations, je mets en cohérence ma recherche universitaire, ma pratique de terrain et mon engagement auprès d’organismes professionnels. Mes axes de réflexion, au prisme du mouvement underground (Tempory Autonomy Zone1, Do It Yourself2), peu entendus au moment de leur énonciation de par leur radicalité, se sont souvent avérés précurseurs de mutations artistiques et culturelles, visibles seulement aujourd’hui.

En janvier 2004, après ma maîtrise en Conception et Mise en Œuvre de Projet Culturel à l’université Paul Valéry de Montpellier (antenne de Nîmes), j’ai été recruté par l’assoc’ Béchamel à Clisson (44), comme chargé d’administration. Cette association réunissait un groupe de musique et une compagnie de marionnette. Elle possédait un chapiteau de cirque pour l’organisation d’évènements. Cette association était membre fondatrice de Quai des Chaps à Nantes, collectif dont l’objet est la promotion des arts nomades : ceux qui se rêvent, se créent, se jouent et se rencontrent sous [leurs] toiles de chapiteaux. Tout en restant salarié de l’assoc’ Béchamel, j’ai initié et co-fondé en janvier 2005 l’association Sweat Lodge, dont le projet artistique est la rencontre du sound-system techno et du cirque sous chapiteau. Par nécessité de consolider mes savoirs en administration, j’ai suivi dans le cadre d’une formation continue le master II Management du Spectacle Vivant à à l’Université de Bretagne Occidentale à Brest de 2005 à 2006.

Comme je créais une compagnie itinérante, il était pour moi impératif de comprendre les spécificités et les mécanismes de ce mode de diffusion.Mon mémoire de Master II a pour titre De la nécessité de créer des formes structurées de soutiens aux arts itinérants. Ma première partie concerne l’identité de la scène itinérante, au-delà des genres artistiques pratiqués, définie ainsi par la chercheuse Alix de Morant : « un dispositif de scène mobile qui épouse le processus dramaturgique et considère le spectateur comme le partenaire privilégié de la représentation, ainsi qu’un théâtre populaire, créateur d’espace et de poésie et qui fonctionne à la périphérie des circuits institutionnels. »3 Ma deuxième partie étudie les processus économiques engendrés par le choix de l’itinérance, et les modes de fonctionnement qui en découlent, afin d’identifier les formes de soutien essentielles à ce type de structures. Ma dernière partie analyse le projet du collectif Quai des Chaps « pour la création d’un espace permanent dédié aux chapiteaux à Nantes ». J’appelais de mes vœux que cette expérience, en démontrant auprès des collectivités l’attrait et la réussite de tels lieux, puisse en préfigurer la mise en place sur l’ensemble du territoire.

En 2007, mon association SweatLodge intègre le collectif Quai des Chaps et, dans le cadre de son second festival, j’organise un colloque sur les arts nomades pour sensibiliser nos tutelles publiques au projet de lieu que j’analysais dans mon mémoire. J’y invite les chercheurs Julien Rosemberg et Alix de Morant. Cette dernière m’appelle l’année suivante à m’exprimer sur mon expérience de sound-system sous chapiteau au « colloque international nomadismes, nouveaux médias et mobilités européennes » au Théâtre Paris-Villette. En 2010, j’ai de nouveau mis en place une journée professionnelle à Nantes, invitant les acteurs de terrain Geo Martinez (directeur de la Grainerie, Balma, 31) et Joël Lecussan (directeur de MixArt Myrys, Toulouse), pour présenter à nos interlocuteurs institutionnels le projet « Pôles des Arts Nomades » (PAN). En 2013, le festival Prise de cirQ’ (Dijon) me sollicite pour présenter Quai des Chaps et son projet de lieu dédié aux arts nomades à sa rencontre professionnelle. En 2014, Johanna Rolland, maire de Nantes, annonce qu’elle s’engage à ce que la ville accompagne la création de notre « Pôle des Arts Nomades ».

Dans ces différents temps d’échanges professionnels, j’ai systématiquement défendu les conclusions de mon mémoire : une approche transdisciplinaire des arts nomades ; la nécessité de cartographier les espaces d’accueil pour les compagnies itinérantes en France et en Europe ; la défense de l’autodiffusion — lorsque les compagnies ne sont pas achetées par un programmateur et prennent le risque de jouer à la billetterie — ; la nécessité d’accompagner cette autodiffusion par la création de ports d’attache pour les arts nomades dans les communes ; et la mise en place d’un interlocuteur unique en mairie qui accompagne les compagnies itinérantes sur l’accueil technique et la communication publique autour de leur venue, tout en étant attentif aux dimensions artistique et culturelle du projet.

Je constate avec satisfaction que ces préconisations sont aujourd’hui reprises au niveau national par le Syndicat des Cirques et Compagnies de Création (SCC). Je travaille actuellement avec la ville de Nantes à la mise en place de ce « guichet unique » à l’échelle métropolitaine. En particulier, je participe depuis l’automne dernier à un groupe de travail initié par la ville de Nantes composé de représentants de compagnies du collectif Quai des Chaps, de représentants de la ville, d’urbanistes et de pré-programmistes pour une ouverture du PAN (Pôle des Arts Nomades) à l’horizon 2024-2025. La Ville vient de voter en juin dernier une enveloppe de dix millions d’euros pour sa construction.

En 2003 à Nîmes, j’ai rédigé un mémoire dans le cadre de la maîtrise Conception et Mise en Œuvre de Projets Culturels intitulé « Au croisement du Cirque et de la Free Party : Vers l’invention de nouvelles formes artistiques ». Au-delà du nomadisme comme caractéristique commune évidente, je formais l’hypothèse du théâtre de la cruauté4 comme matière première à ces deux formes d’art. Déjà sensible aux mutations spectatorielles à venir, j’écrivais dans ma conclusion : « L’innovation la plus importante de ces nouvelles formes artistiques serait de fondre piste de cirque et piste de danse, afin que le spectateur soit aussi danseur. Il semble indispensable que l’expérience soit conduite avec de petites jauges, pour que, tel un rituel, soit recréée l’intimité nécessaire à l’émergence d’une certaine tension dans le public. »5.

Le projet artistique de SweatLodge est fondé sur ce mémoire. Depuis seize ans, j’œuvre à l’hybridation de la fête et du spectacle vivant6. De 2012 à 2015, j’ai créé Substance Cirk, compagnie de cirque-techno produite par SweatLodge, dont j’ai endossé la direction artistique pour la création du spectacle de théâtre immersif « Folie »7. Ma volonté de m’engager dans une thèse en études théâtrales sur le chamanisme est un développement consécutif de ce travail de recherche artistique.

Depuis 2010, SweatLodge bénéficie d’une « carte blanche » au Fusion Festival en Allemagne qui nous a confié la gestion artistique d’un de ces sites. Cet espace-temps de liberté s’affirme notre laboratoire dont les formes les plus pertinentes deviendront ensuite foraines et proposées à la cession. En plus d’y présenter nos spectacles, nous construisons la scénographie du site et nous y accueillons d’autres compagnies, ainsi que le public. Notre rôle outrepasse celui habituellement attribué à l’artiste. Ce décloisonnement est encore tout à fait inédit en France. Il y a vingt ans, les institutions comprenaient encore peu qu’un spectacle puisse mêler théâtre, musique et cirque. Il serait pertinent qu’elles réalisent aujourd’hui qu’un courant d’organisateurs pensent leurs évènements comme un geste artistique total. Dans cette perspective, j’ai travaillé en 2018 à la préfiguration d’un festival de cirque8 sur le site Transfert (Rezé, 44) pour Pick Up Prod. La reconnaissance de son originalité par Artcena m’a conduit en 2019 à la Biennale des Arts du Cirque de Marseille comme intervenant à la table ronde professionnelle « Festival de cirque : modèle et pratiques innovantes ». Cependant, Labyrinthe, dernière création artistique de SweatLodge, n’a pu aboutir, nos partenaires financiers (DRAC et Région Pays de la Loire, Département Loire-Atlantique), se trouvant en incapacité de classer ce projet hybride — ni tout à fait un spectacle, ni tout à fait un festival —. En réaction, j’ai rédigé et rendu publique la lettre ouverte « Dramaturgies des créations transdisciplinaires : Ouvrez les sens »9.

En outre, persuadé qu’il est nécessaire aux artistes pour rester en mouvement de s’octroyer tout au long de leur carrière des temps d’apprentissage et de recherche détachés des contingences de la production et de la diffusion, j’ai créé en 2016 au sein du collectif Quai des Chaps une nouvelle branche d’activité de formation professionnelle certifiée Datadock dont j’ai été responsable jusqu’en 2020.

Je continue en parallèle de défendre le droit à la nuit et à la fête. En 2019, j’ai été invité à la table ronde « La nuit, un espace culturel artistique et festif à défendre » organisée par l’association Cardinal (Nantes) et j’ai été interviewé par l’hebdomadaire Charlie Hebdo pour son article « À Nantes, comme partout, la fête en danger »10. Je collabore depuis cette année à la cellule de veille de la ville de Nantes « la fête dans l’espace public » afin d’être force de proposition. Je préconise, au vu de la densification urbaine de son centre, que la recherche de lieux de fêtes se fasse désormais à l’échelle métropolitaine grâce à la création d’un guichet unique de demande de manifestation et la mise en place de règles d’accueils communes pour l’ensemble des municipalités qui la composent.

1 Bey H., TAZ : zone autonome temporaire, Paris, Éd. de l’Éclat, 1997.

2 O’Hara C., La philosophie du punk bien plus que du bruit ! histoire d’une révolte culturelle, Saint-Mury-Monteymond, Le Martinot, 2003.

3 De Morant A., Scène itinérante — Émergence, résurgence, Université Paris X, 1999.

4 Artaud A., Le Théâtre et son double, Paris, Gallimard, coll. idées, 1981.

5 Martin Geoffre, Au croisement du Cirque et de la Free Party : Vers l’invention de nouvelles formes artistiques, Université Paul Valéry, 2003

6 a-li-ce, SWEATLODGE — 10 ANS DE SUEUR ! — TEASER, [https://vimeo.com/124705138], 2015, consulté le 21 juillet 2021.

7 SweatLodge, Cie Substance Cirk, [http://sweat-lodge.jimdo.com/substancecirk/], 2015, consulté le 21 juillet 2021.

8 Martin Geoffre, Nantes mérite son festival de cirque !, 2018, [https://drive.google.com/file/d/1HYW_5-jxLryfG4gLP0xxbLhBOH9ewlpt/view], consulté le 21 juillet 2021.

9 Martin Geoffre, Dramaturgie des créations transdisciplinaires : Ouvrez les sens, [https://drive.google.com/file/d/1MkwZ1d3ylh-OW-RIV3rKwLp8lr4IE-36/view], 2020, consulté le 21 juillet 2021.

10 Charlie Hebdo, À Nantes, comme partout, la fête en danger, [https://charliehebdo.fr/2019/08/culture/comme-partout-la-fete-en-danger/], 2019, consulté le 21 juillet 2021.

note d’intention — juin 2021

Les seules démarches artistiques qui m’interpellent vraiment sont celles dans le champ du sacré qui cherchent à produire une bombe dont la déflagration permettrait un réordonnancement du Monde. Aussi, cette citation de William Burroughs résonne-t-elle profondément en moi :

Continuer la lecture de note d’intention — juin 2021

Chamanisme X Spectacle Vivant

Le chamanismei

Être chaman, ce n’est pas juste se mettre en état modifié de conscienceii (EMC). Cet état permet d’entrer en dialogue avec ses esprits alliés pour faire commerce avec eux. Par exemple, demander aux esprits de soigner une personne. Le chamanisme est fonctionnel.

Continuer la lecture de Chamanisme X Spectacle Vivant