Entretiens avec l’artiste Gabriela Carneiro da Cunha

La metteuse en scène et chercheuse Gabriela Carneiro da Cunha présente dans la performance Altamira 2042 une installation théâtrale sur les conséquences désastreuses de la construction d’un barrage dans la région de l’Amazonie brésilienne.


Dans cet entretien passionnant, elle inverse le rapport que nos sociétés entretiennent habituellement avec les nons-humains : « The spirit of the water exist to everyone, but not everyone was born to exist to them ».

Un second entretien – tout aussi enthousiasmant – sur Radio Radio Toulouse dans le cade du festival In Extremis

EN PRISE – IN EXTREMIS 2022 – Gabriela Carneiro da Cunha

Ecospiritualité, écoféminisme et théâtre : quand l’art permet de nous relier au Vivant.

Récolte – Épisode 7 – Nos relations au Vivant (La Grange)

Regards croisés et questionnements autour des liens entre nature, langage, spiritualité et féminité avec Irene Becci, professeure à l’institut de sciences sociales des religions de l’UNIL et Julie Delille, metteuse en scène pour qui « L’espace poétique est la quintessence du vivant. »

L’occasion également de présenter “Je suis la bête”, un spectacle de Julie Delille qui questionne notre identité, notre place dans le monde, mais également notre rapport à soi, aux autres et au Vivant, à découvrir du 11 au 14 janvier 2023 à La Grange. La metteuse en scène vous présente sa création plus en détail à 7min40 , 11min05 et 15min 39.

Plus d’infos sur le spectacle sur grange-unil.ch

Le feu de la présence

Aviver les expériences de l’invisible

Tanya Luhrmann

 À l’Église Vineyard, quelqu’un m’a dit un jour : “j’ai le choix de croire que cela vient de Dieu ou cela vient juste de moi, et la réalité est que cela pourrait être l’un ou l’autre, je le sais. On a toujours le choix de croire l’un ou l’autre.” Si, pour un croyant, le défi consiste à prendre au sérieux ce qui doit être imaginé (l’imagination est nécessaire pour se représenter un dieu invisible), le mécanisme narratif et la performance rituelle peuvent l’y aider. La richesse des détails d’une bonne histoire, la diversité des représentations de ses personnages principaux, les interactions répétées avec un personnage comme si ce dernier était en relation avec vous — tout cela contribue à rendre le cadre de la croyance plus convaincant et plus personnel, et lui donner de l’importance, et à l’ancrer davantage dans le présent et dans le quotidien.
En qualifiant le cadre de la croyance de paracosme, je veux attirer l’attention du lecteur sur les façons dont la croyance peut fonctionner comme un monde imaginaire à la fois privé et partagé. Certaines caractéristiques de ces mondes peuvent accroître le sentiment de réalité du paracosme : une façon de montrer qu’on participe à une même communauté, une façon d’indiquer que l’on ressent la réalité du personnage principal du paracosme, et une façon de sentir que ce personnage interagit avec nous. Telles sont les caractéristiques qui rendent les êtres invisibles plus vifs et vivants. Plus réels.
Ce processus suppose encore des choix. Celles et ceux qui peuvent faire partie d’un cadre de croyance et en avoir une expérience plus vivante le trouveront plus réel. En acceptant les règles du jeu et en se les réappropriant, elles découvrent que leur vie intérieure fonctionne avec ces autres comme un monde social. Elles deviennent alors des personnes différentes et, de concert avec l’autre invisible, s’efforcent de devenir les personnes qu’elles sont supposées être à travers la relation avec cet autre. Mais pour ce faire, elles doivent s’engager à entrer dans ce cadre et à en suivre les règles. Elles doivent jouer le jeu. 

Tanya Luhrmann
Continuer la lecture de Le feu de la présence

Juste un mot

Le geste artistique, en créant des langages irrationnels, est chez nous, aujourd’hui, l’ultime témoin actif d’un processus qui doit s’appliquer à l’ensemble de la vie. Il témoigne de l’indispensable incompréhension de certaines choses, de la nécessité de préserver l’inconnu, c’est-à-dire, si le mot n’était pas presque inutilisable, d’une relation sacrée à ce qui existe à nos yeux et pourtant nous échappe.

Nicolas Roméas
Juste un mot. La révolution du sensible
(Relations entre l’art et la société au 21e siècle)
Continuer la lecture de Juste un mot

L’Expérience psychédélique, Timothy Leary

Couverture du livre L’Expérience psychédélique – CC BY-NC-SA

Le Bardo Thödol est un texte du bouddhisme tibétain (bouddhisme teinté de chamanisme) décrivant les états de conscience et les perceptions se succédant pendant la période qui s’étend de la mort à la renaissance. Le livre l’expérience psychédélique de T. Leary considère que les états sous psychédéliques et ceux dans le Bardo sont communs. Il se propose comme un guide du routard psychédélique avec « les meilleures recettes pour franchir les espaces illimités de la conscience et pour en ramener la sagesse. »

Imaginaires et gestes chamaniques sur la scène contemporaine

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search