Archives de catégorie : coup de cœur

Des articles, vidéos, ouvrages, sites web… que j’ai particulièrement envie de partager avec vous

Comment pensent les forêts

Vers une anthropologie au-delà de l’humain

Eduardo Kohn

Les forêts pensent-elles ? Les chiens rêvent-ils ? Dans ce livre important, Eduardo Kohn s’en prend aux fondements même de l’anthropologie en questionnant nos conceptions de ce que cela signifie d’être humain, et distinct de toute autre forme de vie. S’appuyant sur quatre ans de recherche ethnographique auprès des Runa du Haut Amazone équatorien, Comment pensent les forêts explore la manière dont les Amazoniens interagissent avec les diverses créatures qui peuplent l’un des écosystèmes les plus complexes au monde. Que nous l’admettions ou non, nos outils anthropologiques reposent sur les capacités qui nous distinguent en tant qu’humains ; pourtant, lorsque nous laissons notre attention ethnographique se porter sur les relations que nous tissons avec d’autres sortes d’êtres, ces outils – qui ont pour effet de nous aliéner du reste du monde – se révèlent inopérants. Comment pensent les forêts entend répondre à ce problème. Cet ouvrage façonne un autre genre d’outils conceptuels à partir des propriétés étranges et inattendues du monde vivant lui-même. Dans ce travail révolutionnaire, Eduardo Kohn entraîne l’anthropologie sur des chemins nouveaux et stimulants, qui laissent espérer de nouvelles manières de penser le monde, monde que nous partageons avec d’autres sortes d’êtres.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage :

Continuer la lecture de Comment pensent les forêts

Théâtrologie des plantes  

ou le plant turn du théâtre contemporain

Flore Garcin-Marrou 

Le “débat animalier” est depuis longtemps inscrit dans les études théâtrales, se penchant notamment sur la présence d’animaux sur scène. Une réflexion associée à la littérature botanique critique contemporaine se fait plus rare. Contrairement à l’intérêt zoocentrique, les plantes offrent une perspective alternative sur les formes d’existence et de relations. Emanuele Coccia postule que le monde est d’abord “un fait végétal” avant d’être “un fait animal”.
Un “débat végétal” apparaît, influençant non seulement les sciences humaines et sociales, mais également les arts, en particulier le théâtre contemporain. Les termes “plant turn” et “ecological turn” émergent, rappelant le “performative turn” d’il y a trente ans. Le théâtre contemporain tend à intégrer à la fois animaux, plantes et humains.

S’ouvrir à d’autres régimes de représentation
Il est question d’envisager d’autres modalités de représentation. En complément des acteurs humains, la scène pourrait accueillir divers actants, élargissant ainsi les rôles traditionnels. Bruno Latour et Donna Haraway évoquent l’idée de “faire monde”, proposant une coexistence de diverses formes d’être au monde.

Signer plutôt qu’imiter
Une nouvelle forme de représentation, axée sur les signes, est suggérée, s’éloignant de la mimesis traditionnelle. Cette approche est appuyée par des théories sémiotiques, selon lesquelles les signes ne sont pas strictement liés au langage humain. Le théâtre de marionnettes est cité comme exemple de cette nouvelle orientation.

De nouveaux actants
Le théâtre est envisagé comme un lieu d’interaction entre actants humains et non-humains. En s’inspirant des idées de Deleuze et Guattari sur le “devenir”, la notion d’acteur est repensée : l’acteur n’est plus perçu comme une entité fixe, mais comme une entité en interaction constante avec son environnement. Dans cette optique, le théâtre devient un “éco-drame”, où tous les éléments, de la scène au public, participent à la performance.

Pour lire cet article: https://www.thaetre.com/2019/06/01/theatrologie-des-plantes/

Continuer la lecture de Théâtrologie des plantes  

SE DÉCENTRER DE L’HUMAIN

Manip 74 (avril-mai-juin 2023)
Une publication Themaa, association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés

Peu à peu, nous voyons les plateaux des scènes marionnettiques se peupler de créatures et d’entités non humaines dont la présence est matière à nous interroger en tant qu’humains sur nos interactions et interrelations avec le vivant qui nous entoure. L’art est-il une des voies pour nous extirper de « l’apartheid dans le traitement des êtres du monde » théorisé par Philippe Descola dans son ouvrage La composition des mondes ? À l’heure où l’urgence écologique nous enjoint à faire évoluer notre rapport au vivant vers une relation qui n’objectiverait pas la nature, Manip est allé à la rencontre de la chercheuse Emma Merabet et de trois artistes, Rafi Martin, Fanny Scherer et Antoine Vasseur, afin de leur poser ces questions : pourquoi se décentrer de l’humain dans la création contemporaine ? Quelle nécessité artistique y a-t-il à faire surgir de nouvelles formes de représentations qui « font monde » autrement ?

Lire la suite (pages 17-20)
https://www.themaa-marionnettes.com/wp-content/uploads/2023/03/manip74_web.pdf

POSSESSION ET CHAMANISME

Ces entités, esprits de la nature, renvoient à une conception très moderne du monde, pratiquement en terme de thermodynamique


L’anthropologue Bertrand Hell nous livre dans cette vidéo une passionnante réflexion sur la psyché des chamanes à travers le témoignage de chamanes d’aujourd’hui recueillis de l’Himalaya à l’Arizona, de l’Amazonie à la Sibérie, du Mexique au Brésil, en passant par Mayotte, le Togo et l’Iran.

Vidéo de Alessandro Mercuri & Haijun Park
2013

Et pour continuer d’écouter Bertrand Hell: Le chamanisme, du sacré sauvage au coeur du monde moderne

HypnoScènes

Le blog « HypnoScènes » est un relais virtuel du projet scientifique « Hypnose » organisé à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) par Mireille Losco-Lena.
La recherche-création « Hypnose », menée au sein du LabATT (Laboratoire des Arts et Techniques du Théâtre) de l’ENSATT entre janvier 2017 et juin 2018, se constituera suivant deux axes complémentaires, qui pourront être abordés conjointement :

Continuer la lecture de HypnoScènes

Philippe Descola, une autre façon d’habiter le monde

Philippe Descola est sans doute l’anthropologue français le plus connu et commenté dans le monde depuis Claude Lévi-Strauss. “J’ai fait de ma curiosité pour le monde un métier”, dit-il.

Philippe Descola a dirigé le Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France de 2001 à 2013 tout en étant titulaire de la chaire d’Anthropologie de la nature de 2000 à 2019 et directeur d’études à l’EHESS. Et il a reçu la Médaille d’or du CNRS en 2012 pour l’ensemble de son œuvre.

Il développe une anthropologie comparative des rapports entre humains et non-humains qui a révolutionné à la fois le paysage des sciences humaines, la réflexion sur les enjeux écologiques de notre temps et notre façon de concevoir la place de l’humain dans le monde, d’abord avec le récit de son expérience chez les Achuar d’Amazonie à la fin des années 1970, Les Lances du crépuscule, puis avec un livre publié en 2005, Par-delà nature et culture, et devenu un classique. Il y affirmait que la nature n’existe pas et que l’opposition entre Nature et Culture, sur laquelle notre monde occidental moderne est fondé, n’est pas pertinente, en tout cas pas universelle. En reniant ce dualisme fondamental pour nos sociétés, il est aussi une voix qui brise la hiérarchie entre les mondes, et qui ouvre de nouvelles perspectives politiques.

Une série d’entretiens proposée par Caroline Broué. Réalisation : Rafik Zenine. Prise de son : Michaël Simon. Chargée de programme : Daphné Abgrall. Coordination : Cécile Bidault.

Continuer la lecture de Philippe Descola, une autre façon d’habiter le monde

Pas de transition sans transe : essai d’écologie politique des savoirs

Jean-Louis Tornatore

La transition appelle la transe, telle est l’hypothèse de ce livre engagé dans la réflexion du dépassement du monde de l’Anthropocène. L’auteur appelle “écologie des savoirs” le travail qui consiste à écouter les formes de connaissances élaborées à partir de la transe, en particulier par les peuples autochtones, qui leur permettent d’entrer en relation avec des non-humains. En occident le théâtre et la philosophie, avec l’anthropologie, représentent trois formes de survivances de la transe. Cet ouvrage est composé en 17 tableaux courts, touchant de l’histoire de l’art aux luttes écologistes, mène l’enquête sur les formes de transe susceptibles de nous familiariser aux savoirs des différences pour façonner avec eux une réalité acceptable pour la transition écologique des sociétés modernes.

Continuer la lecture de Pas de transition sans transe : essai d’écologie politique des savoirs

Croire aux fauves

Je suis à Toulouse en observation de la compagnie Baro d’evel. Le livre Croire aux fauves m’accompagne. L’histoire de Nastassja Martin vient se surimposer au travail de recherche plateau des artistes : « Il n’y a plus d’absurdité, plus de bizarrerie, plus de coïncidences fortuites. Il n’y a que des résonances. »

Continuer la lecture de Croire aux fauves