Archives de catégorie : coup de cœur

Des articles, vidéos, ouvrages, sites web… que j’ai particulièrement envie de partager avec vous

Teaser de “Qui Som?”

Le teaser du spectacle “Qui Som?” de la cie Baro d’evel dont j’observe le process de création depuis plusieurs mois dans le cadre de ma thèse.

Teaser de “Qui Som?”

Premier volet d’un triptyque où la céramique est tout à la fois la matière et le geste d’une enquête sur nos mondes en train de se faire, un voyage parmi nos manières de croire et de faire ensemble, “Qui som ?” fait un pari : celui que le rêve est une puissance exploratoire et transformatrice, une force imaginaire qui déborde chacun·e pour le relier à d’autres présences, une manière de s’orienter dans des voyages obscurs, dans des pays secrets. Cela se débat. Cela se vit. Dans la couleur. Dans l’argile. Dans le plastique. Entre les rebuts et l’éternité.

« Nous cherchons à mettre en lumière ce qui maintient la joie, le désir, ce qui résiste, chante et danse en nous pour toujours, pour se donner le courage de se voir et de ne pas oublier le pire. »

Barbara Métais Chastanier et Camille Decourtye pour Baro d’evel

Continuer la lecture de Teaser de “Qui Som?”

La nature a-t-elle cessé de nous parler ?

Les catastrophes écologiques nous invitent à inventer un autre rapport à la nature. C’est ce que propose le philosophe états-unien David Abram. La publication de la traduction en français de son livre “Devenir animal. Une cosmologie de la terre” nous donne l’occasion de revenir sur sa pensée.

Provenant du Podcast “Avec philosophie”, France Culture, 12 avril 2024:
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/avec-philosophie/la-nature-a-t-elle-cesse-de-nous-parler-7852351

Continuer la lecture de La nature a-t-elle cessé de nous parler ?

La magie selon Alan Moore

Dans la tête d’Alan Moore
Un personnage culte
Alan Moore ? Celui qui a créé Watchmen, raconté Jack L’Eventreur comme nul autre dans From Hell ou inspiré les Anonymous avec son masque de V pour Vendetta est bien plus que le plus grand scénariste de bd de notre temps. Au moment où sort en France son grand roman-monde Jérusalem (2017), c’est dans son antre de Northampton, petite ville ouvrière du nord de Londres qu’il ne quitte jamais, que l’homme a bien voulu nous accueillir exceptionnellement pour une série d’entretiens uniques. (R. Lévy, J. Schmidt)
Voici le 8e épisode de la série, où il présente sa conception de la magie.


R. Lévy, J. Schmidt, “Dans la tête d’Alan Moore – La Magie (8/8)”, Arte France, 2017

Auteur d’une œuvre aussi protéiforme que cohérente, Alan Moore s’est imposé grâce à ses scénarios comme l’un des géants du 9ème art. Artiste démiurge, anarchiste excentrique, magicien roublard, l’Anglais n’est pas qu’un écrivain brillant mais se considère d’abord comme un créateur total. De ses débuts à son actualité récente, de Watchmen à V pour Vendetta en passant par From Hell, La Ligue des gentlemen extraordinaires, Tom Strong, Filles perdues, La Voix du feu ou Jérusalem, ce guide permet de découvrir l’homme et l’œuvre, intimement liés.
(Le Guide Alan Moore, L. Queyssi, N. Trespallé)

Mohamed Amer Meziane, philosophe : « La valorisation actuelle de l’animisme rejoue le mythe du bon sauvage »

Article publié dans Le Monde des Religions le 21 janvier 2024
Propos recueillis par Youness Bousenna

Mohamed Amer Meziane élabore une critique de l’anthropologie actuelle, notamment celle initiée par Philippe Descola et Bruno Latour, qui conduit, selon lui, « à une valorisation floue de l’animisme ». Il invite à franchir un nouveau pas dans la déconstruction de l’eurocentrisme de cette science sociale et à prendre au sérieux « l’ensemble des réalités métaphysiques dont témoignent les fidèles » des différentes religions du monde.

Continuer la lecture de Mohamed Amer Meziane, philosophe : « La valorisation actuelle de l’animisme rejoue le mythe du bon sauvage »

Comment pensent les forêts

Vers une anthropologie au-delà de l’humain

Eduardo Kohn

Les forêts pensent-elles ? Les chiens rêvent-ils ? Dans ce livre important, Eduardo Kohn s’en prend aux fondements même de l’anthropologie en questionnant nos conceptions de ce que cela signifie d’être humain, et distinct de toute autre forme de vie. S’appuyant sur quatre ans de recherche ethnographique auprès des Runa du Haut Amazone équatorien, “Comment pensent les forêts” explore la manière dont les Amazoniens interagissent avec les diverses créatures qui peuplent l’un des écosystèmes les plus complexes au monde. Que nous l’admettions ou non, nos outils anthropologiques reposent sur les capacités qui nous distinguent en tant qu’humains ; pourtant, lorsque nous laissons notre attention ethnographique se porter sur les relations que nous tissons avec d’autres sortes d’êtres, ces outils – qui ont pour effet de nous aliéner du reste du monde – se révèlent inopérants. Comment pensent les forêts entend répondre à ce problème. Cet ouvrage façonne un autre genre d’outils conceptuels à partir des propriétés étranges et inattendues du monde vivant lui-même. Dans ce travail révolutionnaire, Eduardo Kohn entraîne l’anthropologie sur des chemins nouveaux et stimulants, qui laissent espérer de nouvelles manières de penser le monde, monde que nous partageons avec d’autres sortes d’êtres.

Pour en savoir plus sur l’ouvrage :

Continuer la lecture de Comment pensent les forêts

Théâtrologie des plantes  

ou le plant turn du théâtre contemporain

Flore Garcin-Marrou 

Le “débat animalier” est depuis longtemps inscrit dans les études théâtrales, se penchant notamment sur la présence d’animaux sur scène. Une réflexion associée à la littérature botanique critique contemporaine se fait plus rare. Contrairement à l’intérêt zoocentrique, les plantes offrent une perspective alternative sur les formes d’existence et de relations. Emanuele Coccia postule que le monde est d’abord “un fait végétal” avant d’être “un fait animal”.
Un “débat végétal” apparaît, influençant non seulement les sciences humaines et sociales, mais également les arts, en particulier le théâtre contemporain. Les termes “plant turn” et “ecological turn” émergent, rappelant le “performative turn” d’il y a trente ans. Le théâtre contemporain tend à intégrer à la fois animaux, plantes et humains.

S’ouvrir à d’autres régimes de représentation
Il est question d’envisager d’autres modalités de représentation. En complément des acteurs humains, la scène pourrait accueillir divers actants, élargissant ainsi les rôles traditionnels. Bruno Latour et Donna Haraway évoquent l’idée de “faire monde”, proposant une coexistence de diverses formes d’être au monde.

Signer plutôt qu’imiter
Une nouvelle forme de représentation, axée sur les signes, est suggérée, s’éloignant de la mimesis traditionnelle. Cette approche est appuyée par des théories sémiotiques, selon lesquelles les signes ne sont pas strictement liés au langage humain. Le théâtre de marionnettes est cité comme exemple de cette nouvelle orientation.

De nouveaux actants
Le théâtre est envisagé comme un lieu d’interaction entre actants humains et non-humains. En s’inspirant des idées de Deleuze et Guattari sur le “devenir”, la notion d’acteur est repensée : l’acteur n’est plus perçu comme une entité fixe, mais comme une entité en interaction constante avec son environnement. Dans cette optique, le théâtre devient un “éco-drame”, où tous les éléments, de la scène au public, participent à la performance.

Pour lire cet article: https://www.thaetre.com/2019/06/01/theatrologie-des-plantes/

Continuer la lecture de Théâtrologie des plantes  

SE DÉCENTRER DE L’HUMAIN

Manip 74 (avril-mai-juin 2023)
Une publication Themaa, association nationale des théâtres de marionnettes et des arts associés

Peu à peu, nous voyons les plateaux des scènes marionnettiques se peupler de créatures et d’entités non humaines dont la présence est matière à nous interroger en tant qu’humains sur nos interactions et interrelations avec le vivant qui nous entoure. L’art est-il une des voies pour nous extirper de « l’apartheid dans le traitement des êtres du monde » théorisé par Philippe Descola dans son ouvrage La composition des mondes ? À l’heure où l’urgence écologique nous enjoint à faire évoluer notre rapport au vivant vers une relation qui n’objectiverait pas la nature, Manip est allé à la rencontre de la chercheuse Emma Merabet et de trois artistes, Rafi Martin, Fanny Scherer et Antoine Vasseur, afin de leur poser ces questions : pourquoi se décentrer de l’humain dans la création contemporaine ? Quelle nécessité artistique y a-t-il à faire surgir de nouvelles formes de représentations qui « font monde » autrement ?

Lire la suite (pages 17-20)
https://www.themaa-marionnettes.com/wp-content/uploads/2023/03/manip74_web.pdf