La nature a-t-elle cessé de nous parler ?

Les catastrophes écologiques nous invitent à inventer un autre rapport à la nature. C’est ce que propose le philosophe états-unien David Abram. La publication de la traduction en français de son livre “Devenir animal. Une cosmologie de la terre” nous donne l’occasion de revenir sur sa pensée.

Provenant du Podcast “Avec philosophie”, France Culture, 12 avril 2024:
https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/avec-philosophie/la-nature-a-t-elle-cesse-de-nous-parler-7852351

Avec

  • David Abram Philosophe, randonneur, prestidigitateur et conférencier états-unien
  • Pierre Guenancia Professeur émérite de philosophie spécialisé en histoire de la philosophie moderne à l’université de Bourgogne
  • Anne Simon Chercheuse en littérature française, directrice de recherche au CNRS

Comme tous les vendredis, Géraldine Muhlmann et ses invités reviennent sur l’actualité. C’est la publication de la traduction du dernier ouvrage de David Abram qui nous pousse à interroger sa philosophie originale en sa compagnie.

David Abram a publié en 1996 un ouvrage intitulé en anglais The Spell of the Sensuous, qui a été traduit en français aux éditions la Découverte sous le titre Comment la terre s’est tue. Ce livre a été remarqué. Il décrit dans une langue souvent poétique un lien profond des humains avec la nature, les plantes, les animaux, en suggérant que toutes ces expériences sensorielles ont été refoulées par l’homme occidental depuis bien longtemps, notamment à cause du fonctionnement même de notre langage et du rapport à notre corps.

Un autre livre de David Abram, Becoming Animal, paru à l’origine en 2010, vient d’être traduit en français, aux éditions Dehors, sous le titre Devenir animal. Une cosmologie de la terre. Plus encore que dans le livre précédent, David Abram réfléchit là à certains expériences limites permettant aux humains de se fondre véritablement dans d’autres êtres vivants. Dans tous ses écrits, David Abram sollicite plusieurs œuvres philosophiques, et en particulier l’œuvre du philosophe français du XXe siècle Maurice Merleau-Ponty.

La nature a une sorte de conscience

La philosophie de David Abram repose sur l’idée d’une conscience de la nature. David Abram affirme que “c’est quelque chose que j’ai appris de Maurice Merleau-Ponty”. “Les sens, les oreilles, les yeux, la langue, les narines sont les voies principales que possède mon corps pour se relier à l’écosystème environnemental”. Tout se passe “comme si nos sens animaux travaillaient comme une sorte de colle qui liait notre système nerveux central à l’écosystème de la Terre globale. Il ajoute : “ce n’est pas seulement les humains qui ont une conscience, mais nous participons à une conscience qui n’est pas la nôtre, mais qui est la conscience de la Terre”.

Une sensibilité phénoménologique

David Abram “s’inscrit déjà dans une perspective phénoménologique qui fait que si on pense que l’humain est placé en face d’une nature qui lui serait extérieure, on rate en quelque sorte cette question de la nature” remarque Anne Simon. “Si au contraire on se dit que nous, en tant qu’être conscient, nous sommes insérés dans le sensible, que nous en participons, alors évidemment, cette conscience humaine est en quelque sorte diffractée dans la nature”.

À lire aussi : Indiens d’Amazonie : un autre rapport à la nature

Le risque de l’anthropomorphisme

Pierre Guenancia alerte sur le risque d’anthropomorphisme de cette approche. Il se demande “comment peut-on fonder l’idée que la nature parle, que les animaux parlent, que les arbres parlent ? Comment peut-on fonder l’idée d’une empathie entre l’homme et la nature, qui soit autre que de l’ordre du sentiment individuel, subjectif ?”. Le risque est donc “une sorte de transfert analogique de l’expérience humaine sur les choses ou sur la nature, ce qu’on appelle l’anthropomorphisme”.

Pour en parler

David Abram, philosophe. Il est l’auteur de :

Pour aller plus loin



Citer ce billet
Martin Geoffre (2024, 19 avril). La nature a-t-elle cessé de nous parler ? Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w8vf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.