Urbi-et-orbi

Axes de recherche 2024

Depuis l’émergence de la contre-culture dans les années 1960, l’intérêt pour les pratiques chamaniques et leurs dimensions spirituelles a entraîné un renouvellement significatif du geste créateur et une transformation des pratiques scéniques, et par porosité, participé à l’émergence d’un théâtre contemporain autochtone.
Comment l’intégration des imaginaires et gestes chamaniques — notamment l’ontologie animiste, l’état de transe et les rituels — dans le théâtre contemporain en tant que paradigme artistique transforme-t-elle les pratiques scéniques et la relation entre l’œuvre, l’artiste et le spectateur, et, a fortiori, les esprits ?
Le « vacillement des limites », semblant représenter une caractéristique intrinsèque du chamanisme, cette recherche vise à explorer les modalités et les implications de ces influences chamaniques sur la création et la réception théâtrales, interrogeant la capacité des arts contemporains à redéfinir les frontières entre le réel et l’imaginaire, entre l’art et la vie. Mon travail s’attache ainsi à examiner les contradictions potentielles entre l’authenticité des expériences chamaniques et leur représentation dans l’art, ainsi qu’à évaluer la portée du théâtre contemporain lorsqu’il navigue dans ces espaces liminaires en tant que vecteur de connaissances et de transformations collectives.
En considérant les arts visionnaires chamaniques comme des témoignages de voyages dans les mondes-autres, qui fournissent non seulement une représentation des visions, mais offrent également une appréhension complexe des forces et des entités animant ces mondes, cette recherche vise à déceler la présence de ces motifs archétypaux au sein des cosmologies artistiques contemporaines, en se concentrant particulièrement sur l’analyse dramaturgique de leurs manifestations théâtrales.

Au gré de mes lectures anthropologiques, il me semble que, lors du rituel chamanique, le pouvoir de la représentation réside dans la capacité à sortir du temps séculier pour « rendre présent » le récit mythique. C’est dans cet espace-temps liminaire, cet état singulier de porosité, que les interactions jouées dans les mondes-autres avec les esprits acquièrent le pouvoir de réordonner ce monde-ci. En état de transe, le monde devient plastique et de nouveau malléable. Le chamane réactualise le mythe en faveur de sa communauté sous le regard complice de celle-ci. Or, il est à notable qu’aucune œuvre théâtrale de ma connaissance ne se déploie explicitement au sein de ces « mondes-autres », constituant ainsi un « angle mort » théâtral, à moins que la création de mondes-autres ne représente la « matière noire » du théâtre contemporain. Je nourris donc un intérêt marqué pour les démarches artistiques et les recherches axées sur les narrations et les arts visionnaires chamaniques. L’examen de ces contributions pourrait, par analogie, mettre en exergue la présence de motifs relatifs aux mondes-autres au sein d’œuvres théâtrales contemporaines.
Ainsi, pour détailler ce que je suggérait déjà dans mon introduction, je poursuis deux enjeux :
Considérant que l’Art Visionnaire est un témoignage de voyages dans les mondes-autres, qu’il n’est pas une simple représentation des visions offertes, mais reflète une compréhension de la gestalt de forces qui animent ces mondes et leurs habitants, mon souhait est d’en décrypter les enjeux et les dynamiques.
Postulant que les mondes-autres évoqués dans une œuvre sont définis par une diégèse, c’est-à-dire l’univers de cette œuvre, le monde qu’elle évoque et dont elle ne représente qu’une partie, mon ambition est également d’identifier les archétypes et les singularités dans ces récits afin de mettre en lumière les cosmologies que les artistes contemporains inventent ou réinventent.

L’objectif central de cette thèse demeure d’explorer le renouvellement des pratiques scéniques et la transformation des gestes créateurs sous l’influence des imaginaires et des gestes chamaniques. Elle interroge l’agentivité du théâtre contemporain grâce à l’alliance des esprits. Une attention particulière est accordée à l’étude de cas de la compagnie Baro d’evel, notamment à travers leur spectacle Qui Som ?, qui constitue le pilier de mon corpus de recherche.

Méthodes

J’ai constitué un corpus de spectacles allant du début des années 1990 à aujourd’hui, comprenant plus de 80 occurrences. Ces œuvres ont été sélectionnées pour leur approche du chamanisme, identifiée à travers les notes d’intention des artistes, les critiques de presse ou les analyses académiques. Elles me conduisent à établir une interaction dialogique entre des aires culturelles distinctes.

Depuis mars 2023 et jusqu’en juillet 2024, je réalise une observation de trois mois des résidences de création du spectacle Qui Som ? par la compagnie Baro d’evel, répartie en sessions de 15 jours. Cette compagnie, par sa démarche, répond précisément à ma problématique de recherche, faisant de Qui Som ? le pilier de mon corpus. Ce suivi exhaustif du processus créatif me permet d’étudier la genèse d’une œuvre axée sur le chamanisme, de recueillir des matériaux, d’effectuer des entretiens, et d’utiliser les outils de la génétique du spectacle pour examiner la relation entre rituel chamanique et représentation théâtrale. Cette méthode, proche d’une approche anthropologique par son immersion et son observation prolongée, enrichit significativement ma compréhension des pratiques contemporaines, agissant comme un pont entre les études théâtrales et les méthodes d’analyse culturelle et sociale.

Je mettrai en relation les éléments artistiques de ces spectacles et les aspects définissant le chamanisme, établis après une revue de la littérature en sciences humaines. Cette démarche vise à montrer comment la praxis chamanique, envisagée comme un paradigme théâtral, questionne les dichotomies traditionnelles qui mettant en tension le « réel ».
La question de la croyance des artistes sera centrale, reconnaissant qu’un artiste peut s’inspirer des imaginaires ou des gestes chamaniques sans pour autant adhérer aux croyances sous-jacentes.
Les entretiens avec les artistes sur leur perception des liens entre leur art et le chamanisme permettront d’éviter les surinterprétations ou les biais.
Un travail de documentation approfondi accompagne cette recherche, les références citées dans ma bibliographie enrichissant mon étude de terrain et ma réflexion. Je m’intéresse particulièrement aux démarches artistiques et aux recherches sur les narrations et les arts visionnaires chamaniques, envisageant de mettre en lumière, par analogie, la présence de motifs liés aux « mondes-autres » dans le théâtre contemporain.

Enfin, je m’engagerai dans une étude historiographique sur l’impact de la contre-culture, de la Beat Generation à nos jours, sur les arts de la scène, analysée sous l’angle de leur interaction avec le chamanisme.

Mes articles



Citer ce billet
Martin Geoffre (2024, 5 avril). Axes de recherche 2024. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6fc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.