Théâtrologie des plantes  

ou le plant turn du théâtre contemporain

Flore Garcin-Marrou 

Le “débat animalier” est depuis longtemps inscrit dans les études théâtrales, se penchant notamment sur la présence d’animaux sur scène. Une réflexion associée à la littérature botanique critique contemporaine se fait plus rare. Contrairement à l’intérêt zoocentrique, les plantes offrent une perspective alternative sur les formes d’existence et de relations. Emanuele Coccia postule que le monde est d’abord “un fait végétal” avant d’être “un fait animal”.
Un “débat végétal” apparaît, influençant non seulement les sciences humaines et sociales, mais également les arts, en particulier le théâtre contemporain. Les termes “plant turn” et “ecological turn” émergent, rappelant le “performative turn” d’il y a trente ans. Le théâtre contemporain tend à intégrer à la fois animaux, plantes et humains.

S’ouvrir à d’autres régimes de représentation
Il est question d’envisager d’autres modalités de représentation. En complément des acteurs humains, la scène pourrait accueillir divers actants, élargissant ainsi les rôles traditionnels. Bruno Latour et Donna Haraway évoquent l’idée de “faire monde”, proposant une coexistence de diverses formes d’être au monde.

Signer plutôt qu’imiter
Une nouvelle forme de représentation, axée sur les signes, est suggérée, s’éloignant de la mimesis traditionnelle. Cette approche est appuyée par des théories sémiotiques, selon lesquelles les signes ne sont pas strictement liés au langage humain. Le théâtre de marionnettes est cité comme exemple de cette nouvelle orientation.

De nouveaux actants
Le théâtre est envisagé comme un lieu d’interaction entre actants humains et non-humains. En s’inspirant des idées de Deleuze et Guattari sur le “devenir”, la notion d’acteur est repensée : l’acteur n’est plus perçu comme une entité fixe, mais comme une entité en interaction constante avec son environnement. Dans cette optique, le théâtre devient un “éco-drame”, où tous les éléments, de la scène au public, participent à la performance.

Pour lire cet article: https://www.thaetre.com/2019/06/01/theatrologie-des-plantes/

Plus d’information sur le livre Comment pensent les forêts. Vers une anthropologie au-delà de l’humain d’Eduardo Kohn, Cette dernière référence constituant la colonne vertébrale de l’article de Flore Garcin-Marrou.

Flore Garcin-Marrou est maître de conférences en études théâtrales à l’Université Toulouse Jean Jaurès et a obtenu son doctorat de l’Université Paris-Sorbonne avec une thèse explorant le lien entre Gilles Deleuze, Félix Guattari, le théâtre et la philosophie. Ses travaux de recherche se concentrent sur la relation entre théâtre et philosophie contemporaine. Elle a contribué à la co-direction de l’ouvrage “Les Scènes philosophiques de la marionnette” en 2016 et travaille actuellement sur un essai relatif à la “pensée-théâtre”.

Flore Garcin-Marrou, « Théâtrologie des plantes ou le plant turn du théâtre contemporain », thaêtre [en ligne], Chantier #4 : Climats du théâtre au temps des catastrophes. Penser et décentrer l’anthropo-scène, mis en ligne le 10 juillet 2019.
URL : https://www.thaetre.com/2019/06/01/theatrologie-des-plantes/



Citer ce billet
Martin Geoffre (2023, 31 août). Théâtrologie des plantes  . Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mn2q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.