Danse : les chorégraphes sous influence chamanique

Plusieurs d’entre eux s’inspirent de ces passeurs entre les humains et les esprits pour explorer d’autres façons de percevoir et d’habiter le monde.

Auteur: Rosita Boisseau

En juin dernier, Rosita Boisseau a écrit un article dans le Monde titré « danse : les chorégraphes sous influence chamanique »1. J’y ai découvert l’existence du festival « Les Anthropocènes »2 organisé par la scène nationale d’Évreux. Cet article et ce festival me semblent révélateurs : Un certain nombre d’artistes, conscient du risque d’effondrement de notre civilisation industrielle dû au rapport que nous entretenons avec la nature, cherche des solutions en épousant le regard sur notre monde d’autres ontologies. La lecture de Philippe Descola3 les amène à s’intéresser au chamanisme et à ses pratiques rituelles. C’est en tout cas ainsi que je m’explique pourquoi en ce moment ce sujet est dans l’air du temps.

1 Boisseau Rosita, « Danse : les chorégraphes sous influence chamanique », Le Monde.fr, 02/06/2022

2 https://drive.google.com/file/d/1q1rEIFsE6DQFRDJcCYAwZ63yWaeQhcvm/vi

3 Descola Philippe, Par-delà Nature et Culture, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 2005.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Martin Geoffre (2 juin 2022). Danse : les chorégraphes sous influence chamanique. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mn1s


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.