Mon parcours avant d’être doctorant

Depuis vingt ans, au fil d’étapes et d’articulations, je mets en cohérence ma recherche universitaire, ma pratique de terrain et mon engagement auprès d’organismes professionnels. Mes axes de réflexion, au prisme du mouvement underground (Tempory Autonomy Zone1, Do It Yourself2), peu entendus au moment de leur énonciation de par leur radicalité, se sont souvent avérés précurseurs de mutations artistiques et culturelles, visibles seulement aujourd’hui.

En janvier 2004, après ma maîtrise en Conception et Mise en Œuvre de Projet Culturel à l’université Paul Valéry de Montpellier (antenne de Nîmes), j’ai été recruté par l’assoc’ Béchamel à Clisson (44), comme chargé d’administration. Cette association réunissait un groupe de musique et une compagnie de marionnette. Elle possédait un chapiteau de cirque pour l’organisation d’évènements. Cette association était membre fondatrice de Quai des Chaps à Nantes, collectif dont l’objet est la promotion des arts nomades : ceux qui se rêvent, se créent, se jouent et se rencontrent sous [leurs] toiles de chapiteaux. Tout en restant salarié de l’assoc’ Béchamel, j’ai initié et co-fondé en janvier 2005 l’association Sweat Lodge, dont le projet artistique est la rencontre du sound-system techno et du cirque sous chapiteau. Par nécessité de consolider mes savoirs en administration, j’ai suivi dans le cadre d’une formation continue le master II Management du Spectacle Vivant à à l’Université de Bretagne Occidentale à Brest de 2005 à 2006.

Comme je créais une compagnie itinérante, il était pour moi impératif de comprendre les spécificités et les mécanismes de ce mode de diffusion.Mon mémoire de Master II a pour titre De la nécessité de créer des formes structurées de soutiens aux arts itinérants. Ma première partie concerne l’identité de la scène itinérante, au-delà des genres artistiques pratiqués, définie ainsi par la chercheuse Alix de Morant : « un dispositif de scène mobile qui épouse le processus dramaturgique et considère le spectateur comme le partenaire privilégié de la représentation, ainsi qu’un théâtre populaire, créateur d’espace et de poésie et qui fonctionne à la périphérie des circuits institutionnels. »3 Ma deuxième partie étudie les processus économiques engendrés par le choix de l’itinérance, et les modes de fonctionnement qui en découlent, afin d’identifier les formes de soutien essentielles à ce type de structures. Ma dernière partie analyse le projet du collectif Quai des Chaps « pour la création d’un espace permanent dédié aux chapiteaux à Nantes ». J’appelais de mes vœux que cette expérience, en démontrant auprès des collectivités l’attrait et la réussite de tels lieux, puisse en préfigurer la mise en place sur l’ensemble du territoire.

En 2007, mon association SweatLodge intègre le collectif Quai des Chaps et, dans le cadre de son second festival, j’organise un colloque sur les arts nomades pour sensibiliser nos tutelles publiques au projet de lieu que j’analysais dans mon mémoire. J’y invite les chercheurs Julien Rosemberg et Alix de Morant. Cette dernière m’appelle l’année suivante à m’exprimer sur mon expérience de sound-system sous chapiteau au « colloque international nomadismes, nouveaux médias et mobilités européennes » au Théâtre Paris-Villette. En 2010, j’ai de nouveau mis en place une journée professionnelle à Nantes, invitant les acteurs de terrain Geo Martinez (directeur de la Grainerie, Balma, 31) et Joël Lecussan (directeur de MixArt Myrys, Toulouse), pour présenter à nos interlocuteurs institutionnels le projet « Pôles des Arts Nomades » (PAN). En 2013, le festival Prise de cirQ’ (Dijon) me sollicite pour présenter Quai des Chaps et son projet de lieu dédié aux arts nomades à sa rencontre professionnelle. En 2014, Johanna Rolland, maire de Nantes, annonce qu’elle s’engage à ce que la ville accompagne la création de notre « Pôle des Arts Nomades ».

Dans ces différents temps d’échanges professionnels, j’ai systématiquement défendu les conclusions de mon mémoire : une approche transdisciplinaire des arts nomades ; la nécessité de cartographier les espaces d’accueil pour les compagnies itinérantes en France et en Europe ; la défense de l’autodiffusion — lorsque les compagnies ne sont pas achetées par un programmateur et prennent le risque de jouer à la billetterie — ; la nécessité d’accompagner cette autodiffusion par la création de ports d’attache pour les arts nomades dans les communes ; et la mise en place d’un interlocuteur unique en mairie qui accompagne les compagnies itinérantes sur l’accueil technique et la communication publique autour de leur venue, tout en étant attentif aux dimensions artistique et culturelle du projet.

Je constate avec satisfaction que ces préconisations sont aujourd’hui reprises au niveau national par le Syndicat des Cirques et Compagnies de Création (SCC). Je travaille actuellement avec la ville de Nantes à la mise en place de ce « guichet unique » à l’échelle métropolitaine. En particulier, je participe depuis l’automne dernier à un groupe de travail initié par la ville de Nantes composé de représentants de compagnies du collectif Quai des Chaps, de représentants de la ville, d’urbanistes et de pré-programmistes pour une ouverture du PAN (Pôle des Arts Nomades) à l’horizon 2024-2025. La Ville vient de voter en juin dernier une enveloppe de dix millions d’euros pour sa construction.

En 2003 à Nîmes, j’ai rédigé un mémoire dans le cadre de la maîtrise Conception et Mise en Œuvre de Projets Culturels intitulé « Au croisement du Cirque et de la Free Party : Vers l’invention de nouvelles formes artistiques ». Au-delà du nomadisme comme caractéristique commune évidente, je formais l’hypothèse du théâtre de la cruauté4 comme matière première à ces deux formes d’art. Déjà sensible aux mutations spectatorielles à venir, j’écrivais dans ma conclusion : « L’innovation la plus importante de ces nouvelles formes artistiques serait de fondre piste de cirque et piste de danse, afin que le spectateur soit aussi danseur. Il semble indispensable que l’expérience soit conduite avec de petites jauges, pour que, tel un rituel, soit recréée l’intimité nécessaire à l’émergence d’une certaine tension dans le public. »5.

Le projet artistique de SweatLodge est fondé sur ce mémoire. Depuis seize ans, j’œuvre à l’hybridation de la fête et du spectacle vivant6. De 2012 à 2015, j’ai créé Substance Cirk, compagnie de cirque-techno produite par SweatLodge, dont j’ai endossé la direction artistique pour la création du spectacle de théâtre immersif « Folie »7. Ma volonté de m’engager dans une thèse en études théâtrales sur le chamanisme est un développement consécutif de ce travail de recherche artistique.

Depuis 2010, SweatLodge bénéficie d’une « carte blanche » au Fusion Festival en Allemagne qui nous a confié la gestion artistique d’un de ces sites. Cet espace-temps de liberté s’affirme notre laboratoire dont les formes les plus pertinentes deviendront ensuite foraines et proposées à la cession. En plus d’y présenter nos spectacles, nous construisons la scénographie du site et nous y accueillons d’autres compagnies, ainsi que le public. Notre rôle outrepasse celui habituellement attribué à l’artiste. Ce décloisonnement est encore tout à fait inédit en France. Il y a vingt ans, les institutions comprenaient encore peu qu’un spectacle puisse mêler théâtre, musique et cirque. Il serait pertinent qu’elles réalisent aujourd’hui qu’un courant d’organisateurs pensent leurs évènements comme un geste artistique total. Dans cette perspective, j’ai travaillé en 2018 à la préfiguration d’un festival de cirque8 sur le site Transfert (Rezé, 44) pour Pick Up Prod. La reconnaissance de son originalité par Artcena m’a conduit en 2019 à la Biennale des Arts du Cirque de Marseille comme intervenant à la table ronde professionnelle « Festival de cirque : modèle et pratiques innovantes ». Cependant, Labyrinthe, dernière création artistique de SweatLodge, n’a pu aboutir, nos partenaires financiers (DRAC et Région Pays de la Loire, Département Loire-Atlantique), se trouvant en incapacité de classer ce projet hybride — ni tout à fait un spectacle, ni tout à fait un festival —. En réaction, j’ai rédigé et rendu publique la lettre ouverte « Dramaturgies des créations transdisciplinaires : Ouvrez les sens »9.

En outre, persuadé qu’il est nécessaire aux artistes pour rester en mouvement de s’octroyer tout au long de leur carrière des temps d’apprentissage et de recherche détachés des contingences de la production et de la diffusion, j’ai créé en 2016 au sein du collectif Quai des Chaps une nouvelle branche d’activité de formation professionnelle certifiée Datadock dont j’ai été responsable jusqu’en 2020.

Je continue en parallèle de défendre le droit à la nuit et à la fête. En 2019, j’ai été invité à la table ronde « La nuit, un espace culturel artistique et festif à défendre » organisée par l’association Cardinal (Nantes) et j’ai été interviewé par l’hebdomadaire Charlie Hebdo pour son article « À Nantes, comme partout, la fête en danger »10. Je collabore depuis cette année à la cellule de veille de la ville de Nantes « la fête dans l’espace public » afin d’être force de proposition. Je préconise, au vu de la densification urbaine de son centre, que la recherche de lieux de fêtes se fasse désormais à l’échelle métropolitaine grâce à la création d’un guichet unique de demande de manifestation et la mise en place de règles d’accueils communes pour l’ensemble des municipalités qui la composent.

1 Bey H., TAZ : zone autonome temporaire, Paris, Éd. de l’Éclat, 1997.

2 O’Hara C., La philosophie du punk bien plus que du bruit ! histoire d’une révolte culturelle, Saint-Mury-Monteymond, Le Martinot, 2003.

3 De Morant A., Scène itinérante — Émergence, résurgence, Université Paris X, 1999.

4 Artaud A., Le Théâtre et son double, Paris, Gallimard, coll. idées, 1981.

5 Martin Geoffre, Au croisement du Cirque et de la Free Party : Vers l’invention de nouvelles formes artistiques, Université Paul Valéry, 2003

6 a-li-ce, SWEATLODGE — 10 ANS DE SUEUR ! — TEASER, [https://vimeo.com/124705138], 2015, consulté le 21 juillet 2021.

7 SweatLodge, Cie Substance Cirk, [http://sweat-lodge.jimdo.com/substancecirk/], 2015, consulté le 21 juillet 2021.

8 Martin Geoffre, Nantes mérite son festival de cirque !, 2018, [https://drive.google.com/file/d/1HYW_5-jxLryfG4gLP0xxbLhBOH9ewlpt/view], consulté le 21 juillet 2021.

9 Martin Geoffre, Dramaturgie des créations transdisciplinaires : Ouvrez les sens, [https://drive.google.com/file/d/1MkwZ1d3ylh-OW-RIV3rKwLp8lr4IE-36/view], 2020, consulté le 21 juillet 2021.

10 Charlie Hebdo, À Nantes, comme partout, la fête en danger, [https://charliehebdo.fr/2019/08/culture/comme-partout-la-fete-en-danger/], 2019, consulté le 21 juillet 2021.



Citer ce billet
Martin Geoffre (2021, 28 juillet). Mon parcours avant d’être doctorant. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmze

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.