Transcrire l’ineffable : mes recherches sur le chamanisme et l’art visionnaire.

Je viens d’un milieu où certains utilisent les drogues psychédéliques ou dissociatives non pour faire la fête, mais pour explorer d’autres dimensions d’eux-mêmes et de la réalité.

Avec les dissociatifs (Kétamine, MXE, etc. ) en particulier, j’ai le sentiment que mes expériences remodèlent mon monde. Lors des voyages, je réussis, avec plus ou moins de succès, à me sortir d’un certain nombre d’épreuves qui, selon leurs issues, réordonnent ma place dans l’univers. Ce qui me reformate là-bas me change profondément ici. Et comme dans ces mondes-autres la distinction entre sujet et objet semble inopérante, ce n’est pas seulement ma place dans le monde, mais mon monde dans son entier (et les relations interpersonnelles en son sein) qui semble être reconfiguré .

Une fois revenu, il ne me reste que quelques bribes de ces expériences. Sans doute sont-elles du domaine de l’ineffable. L’art me semble alors être l’outil idéal pour tenter de partager avec notre communauté ces expériences qui échappent au verbe.

Je me suis intéressé au chamanisme pensant que les chamanes étaient des spécialistes de ces voyages dans l’outre-monde, et qu’ils avaient une parfaite maîtrise de comment s’y comporter pour impacter ce monde-ci.

L’art visionnaire est bien plus développé dans les arts plastiques, mais je reste attaché au théâtre comme mode d’expression du Sacré pour sa capacité à faire rituel avec son public et « rendre présent » le mythe.

L’idée que certains réussissent à transcrire scéniquement ces expériences avec les outils de la dramaturgie contemporaine m’enthousiasme beaucoup. Mon travail de recherche universitaire consiste à découvrir de tels artistes et d’analyser leurs œuvres afin d’appréhender les lignes de force communes à leurs récits. Peut-être arriverions-nous ainsi à établir une cartographie de nos territoires imaginaires communs?

J’ai trouvé de nombreux artistes dont le travail est en lien avec le chamanisme, mais c’est souvent le questionnement de notre rapport à la nature à l’ère de l’anthropocène qui les a conduits à cette démarche. On est bien loin de mes expériences sous kéta (haha), mais je trouve formidable que, en ayant emprunté différents chemins, nous arrivions au même endroit : qu’il y ait, avec la rencontre du chamanisme et de la scène contemporaine, quelque chose à jouer.



Citer ce billet
Martin Geoffre (2023, 5 février). Transcrire l’ineffable : mes recherches sur le chamanisme et l’art visionnaire. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mn2d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.