Juste un mot

Le geste artistique, en créant des langages irrationnels, est chez nous, aujourd’hui, l’ultime témoin actif d’un processus qui doit s’appliquer à l’ensemble de la vie. Il témoigne de l’indispensable incompréhension de certaines choses, de la nécessité de préserver l’inconnu, c’est-à-dire, si le mot n’était pas presque inutilisable, d’une relation sacrée à ce qui existe à nos yeux et pourtant nous échappe.

Nicolas Roméas
Juste un mot. La révolution du sensible
(Relations entre l’art et la société au 21e siècle)

Dans les années 90, Nicolas Roméas fut producteur à France Culture – Mémoire du siècle avec Jean Dasté, Nuits magnétiques sur le théâtre du Vieux-Colombier, Le hérisson et le porc-épic sur le théâtre en Afrique subsaharienne –, journaliste spécialiste des arts vivants, Nicolas Roméas a fondé la revue Cassandre en 1995, sous l’égide de l’association Cassandre/Horschamp, présidée par Robert Abirached. Arrêté dans son élan en 2017 par manque de soutien financier, il est aujourd’hui rédacteur en chef du journal culturel art/société en ligne, L’insatiable. www.linsatiable.org



Citer ce billet
Martin Geoffre (2022, 19 décembre). Juste un mot. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mn23

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.