Chamanisme X Spectacle Vivant

Le chamanismei

Être chaman, ce n’est pas juste se mettre en état modifié de conscienceii (EMC). Cet état permet d’entrer en dialogue avec ses esprits alliés pour faire commerce avec eux. Par exemple, demander aux esprits de soigner une personne. Le chamanisme est fonctionnel.

En cela, le texte ci-dessous de W. S. Burroughs me semble chamanique :

« On ne doit pas oublier que tout art est magique de par son origine — musique, sculpture écriture peinture — et par magique je veux dire conçu dans l’intention de produire des résultats très précis. Les peintures étaient à l’origine des formules pour faire arriver ce qui était peint. L’art n’est pas une fin en soi, pas plus que la formule d’Einstein matière-espace-temps n’est une fin en soi. Comme toutes les formules, l’art était à l’origine fonctionnel, censé faire arriver les événements, de la même façon que la formule d’Einstein produit une bombe. »

Burroughs est péremptoire : « tout art est magique de par son origine », « Les peintures étaient à l’origine des formules pour faire arriver ce qui était peint », « L’art n’est pas une fin en soi ».
Je souhaiterais que mon travail éprouve ces affirmations.

Je suis séduit par sa vision rituelle de l’art : convoquer l’Invisible, qu’il advienne quelque chose sur le plateau.
J’aimerais trouver dans l’histoire de l’art jusqu’à aujourd’hui :

  • Les artistes dans cette voie
  •  Les lieux de création, de formation, de recherche, dédiés

Ci-dessous, je présente quatre types de pratique pouvant lier chamanisme et spectacle vivant :

Utiliser les États Modifiés de Conscience pour aller puiser du matériau artistique.

Il semble communément admis que certains artistes se mettent naturellement en EMC lorsqu’ils créent. Voici deux stages qui proposent d’accompagner les artistes à maîtriser cette pratique :

Les états modifiés de conscience : intégrer la transe dans le processus créatif

Stages CLOWN RITUEL : Maître Fou

Utiliser les États Modifiés de Conscience pour cartographier d’Autres Mondes.

Une petite histoire que j’ai entendue dans le milieu Free Partyiii : Le Dalaï-lama aurait donné une conférence de presse pour demander aux freaks d’arrêter de faire n’importe quoi le week-end avec les drogues psychédéliquesiv, car ils ne respectaient pas le « Code de la route astral » et ça perturbait la méditation de ses moines.
Ce qui m’intéresse dans cette légende, c’est qu’elle suppose que tous les « voyageurs » se retrouvent en un même lieu, et que ce lieu est régi par des règles.

Le Bardo Thödol est un texte du bouddhisme tibétain (bouddhisme teinté de chamanisme) décrivant les états de conscience et les perceptions se succédant pendant la période qui s’étend de la mort à la renaissance. Le livre l’expérience psychédélique de T. Leary considère que les états sous psychédéliques et ceux dans le Bardo sont communs. Il se propose comme un guide du routard psychédélique avec « les meilleures recettes pour franchir les espaces illimités de la conscience et pour en ramener la sagesse. »

  •  Existe-t-il des artistes « cartographes » qui rapportent de leurs voyages des informations pour donner une représentation de ces « autres mondes » ?
  •  Existe-t-il des artistes qui ont mis en scène ces espaces et les rencontres qui s’y produisent ?

Ce n’est pas tant qui est-ce qui passe les portes ou comment ils les ouvrent qui m’intéresse, c’est ce qui se joue derrière les portes de la perception.

Jouer en État Modifié de Conscience.

« [L’homme] incarne alors, temporairement, les puissances effrayantes, il les mime, il s’identifie à elles, et bientôt aliéné, en proie au délire, il se croit véritablement le dieu dont il s’est d’abord appliqué à prendre l’apparence au moyen d’un déguisement savant ou puéril. […]
C’est ici la victoire de la feinte : la simulation aboutit à une possession qui, elle, n’est pas simulée. Après le délire et la frénésie qu’elle provoque, l’acteur émerge de nouveau à la conscience dans un état d’hébétude et d’épuisement qui ne lui laisse qu’un souvenir confus, ébloui, de ce qui s’est passé en lui, sans lui.
Le groupe est complice de ce haut mal, de ces convulsions sacrées. Lors de la fête, la danse, la cérémonie, la mimique ne sont qu’une entrée en matière. Le prélude inaugure une excitation qui, ensuite, ne sait que grandir. Le vertige se substitue alors au simulacre. Comme en avertit la Cabbale, à jouer au fantôme, on le devient. […] »

Les jeux et les hommes, Roger Caillois
Simulacre et vertige, le masque et la transe

Ce qui me semble précieux dans ce texte, c’est qu’il indique qu’il faut croire pour que cela advienne. Comme ces vieilles pompes à eau dans lesquelles il fallait verser un peu d’eau pour qu’elles s’amorcent.

Pour reprendre mes questionnements :

  • Existe-t-il des artistes qui font le choix de jouer en État Modifié de Conscience?

Mettre la salle en État Modifié de Conscience.

  • Existe-t-il des artistes qui cherchent à mettre leur public en EMC ?

Et donc leur faire goûter à des états d’éveils spirituels comme la transcendancev, la synesthésievi, la synchronicitévii, l’anamnèseviii

Je pense bien sûr au happening qui engageait le public dans la représentation.
Peut-être aussi au théâtre immersif ?
Peut-on considérer que la catharsis au théâtre procède de cette intention ?

Culture psychédélique

Le livre Le Monde Hippie de F. Monneyron et M. Xiberras démontre que l’imaginaire psychédélique est nourri de mystiques.
L’anthropologue M. Harner est un pionnier de la renaissance du chamanisme dans les pays occidentaux et il est issu du mouvement psychédélique.

Comme exemple de théâtre psychédélique, je songe au Living Theater et au Bread and Puppet Theater, mais j’aimerais trouver d’autres compagnies de cette période et chercher s’il existe encore aujourd’hui un théâtre psychédélique.

Le fantastique

Dans le genre fantastique,ix on trouve régulièrement un monde matériel qui dialogue avec un monde imaginaire.
Comme pour la culture psychédélique, je trouve dans le genre fantastique du commun avec le chamanisme, par exemple :

  • Ce qui se joue dans le monde imaginaire impacte le monde matériel :

« Nous sommes comme l’araignée. Nous tissons notre vie puis nous nous déplaçons sur la toile. Nous sommes comme le rêveur qui rêve et vit ensuite dans le rêve. Ceci est vrai pour l’univers entier. »

Upanishadx

Il existe des œuvres inspirées : l’artiste — comme le chaman — n’est pas le créateur, mais l’intercesseur :

« Stories are found things, like fossils in the ground… Stories are relics, part of an undiscovered, pre-existing world. »

S. King
  •  Les idées ont leur vie propre, comme dans la bande dessinée Promothéa d’A. Moore. « idées », « esprits », « informations » : on parle peut-être là de la même chose avec des mots différents selon notre culture.

Je me demande donc si :

  • Des artistes dans le champ du spectacle vivant se sont emparés du genre fantastique.

Le sacré

Au-delà du chamanisme, je me pose la question de la place du sacré dans le spectacle vivant contemporain.

Je vous livre ici pêle-mêle quelques suppositions :

  • À l’origine, le théâtre est religieux.
  • Tout spectacle est un rituel.
  • Les poètes travaillent sur l’invisible, l’ineffable.
  • Le dialogue avec l’inconscient nourrit la démarche de nombreux artistes, et l’hypnose est une forme occidentalisée de transe.
  • Pour autant, tout spectacle n’a pas de prétention métaphysique, transcendantale. Nombre d’artistes s’attellent au profane.

Je pense ici à des artistes qui œuvrent dans le champ du sacré :

  • L’acteur flottant d’Yoshi Oida

L’auteur explique dans ce livre que, lorsqu’il joue, il est comme en retrait de lui-même. Je n’ai pas retrouvé l’extrait, mais à défaut voici quelques mots de J. Copeau :

« Là gît le mystère : qu’un être humain puisse se penser et se traiter soi-même comme matière de son art, agir sur soi-même comme un instrument auquel il faut s’identifier sans cesser de s’en distinguer, en même temps s’agir et être ce qu’il agit, homme naturel et marionnette… »

Je vois un parallèle avec ce que j’ai écrit plus haut sur « jouer en état modifié de conscience ».

  • Dans un de leur spectacle, J. Cage et M. Cunningham utilisent le Yi Kingxi pour déterminer à chaque représentation l’ordre dans lequel les phrases dansées seront interprétées. Outre que cela permet de conserver l’acte vierge même répété ; ce procédé m’interpelle, car il permet à quelque chose d’autre que soi d’entrer en scène.
  • Lorsque je parcours le livre Epitaph de R. Castellucci, j’ai la sensation de connaître ces images au plus profond de moi-même, comme si elles étaient issues d’un même inconscient collectif.
  • C. Régy dans la vidéo Par les abîmes expose clairement son rapport au sacré.
  • La magie nouvelle se définit comme « un mouvement qui place le déséquilibre des sens et le détournement du réel au centre des enjeux artistiques. »

Au regard de ces exemples, je me demande :

  • Que reste-t-il comme spécificités aux initiatives « Chamanisme X Spectacle Vivant » que je souhaite analyser ?
  • N’aurais-je pas intérêt à m’ouvrir plus largement à la question du sacré dans le spectacle vivant ou ça serait là me perdre ?

Un cadre me serait précieux pour savoir quand continuer et où m’arrêter. Par exemple :

  • Si je parle du Living Theater, il semble difficile de ne pas évoquer A. Artaud. De même, Le Théâtre du soleil aurait-il aussi sa place ?
  • Je suis impressionné par le travail de J. Grotowski, son Théâtre-Laboratoire où il fallait prendre le sacerdoce. Suis-je toujours dans mon sujet ?
  • Si j’éclaire la période psychédélique, pourquoi ne le ferais-je pas également pour la Beat Generation ?
  •  Que penser des romantiques amateurs de paradis artificiels ? Des auteurs classiques qui inventent des esprits dans leurs pièces ?

Notes:

iLe chamanisme se présente comme une pratique centrée sur la médiation entre les êtres humains et les esprits. C’est le chaman qui incarne cette fonction, dans le cadre d’une interdépendance étroite avec la communauté qui le reconnaît comme tel et pour laquelle il intercède auprès des esprits. Le mot chamanisme (chamane vient étymologiquement de la langue toungouse) relie cette pratique aux sociétés traditionnelles sibériennes. On observe cependant des pratiques chamaniques chez de nombreux peuples, ce qui a fait dire à d’aucuns qu’il était universel. Des travaux scientifiques récents considèrent qu’il s’agit d’une pratique qui implique qu’un pratiquant, usuellement le chaman, atteigne des états de conscience modifiés afin de percevoir et d’interagir avec ce qu’il considère être un monde spirituel et afin de canaliser des énergies transcendantes présentes dans ce monde, ceci dans le but positif de servir sa communauté. Depuis la fin des années soixante, on constate dans certains courants de la contre-culture occidentale le développement d’un intérêt grandissant pour les cultures, les pratiques chamaniques et leur spiritualité. Cet intérêt a donné naissance au néochamanisme. L’intérêt des scientifiques pour le chamanisme a d’abord été le fait d’anthropologues et de spécialistes des phénomènes religieux. Actuellement, des chercheurs en sciences cognitives accordent un intérêt grandissant au chamanisme et au phénomène de transe.

iiUn état modifié de conscience est un état mental différent de l’état de conscience ordinaire, « représentant une déviation dans l’expérience subjective ou dans le fonctionnement psychologique par rapport à certaines normes générales de la conscience à l’état de veille ». Ainsi en est-il des rêves, états hypnotiques, hallucinations, transe, méditation, états mystiques, etc.

iiiFree Party : mouvement techno underground.

ivÉtat psychédélique : Qui est provoqué par l’absorption de drogues hallucinogènes et consiste en un débordement délirant des idées et une distorsion des faits et des images réels, qui peuvent aller jusqu’aux hallucinations psycho-sensorielles.
Par extension : façon de vivre, éthique qui préconise l’utilisation de drogues hallucinogènes.

vTranscendant : qui est au-delà du perceptible et des possibilités de l’intelligible, comme Dieu par exemple.

viLa synesthésie est un phénomène neurologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés.

viiDans la psychologie analytique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, la synchronicité est l’occurrence simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit.

viiiL’anamnèse signifie rappel du souvenir. Pour Platon, elle est la restauration de l’idée contemplée, avant l’incarnation, par l’âme humaine dans le ciel des idées et dont le souvenir serait resté inconscient sans l’opération de la « réminiscence ».

ixLe fantastique se caractérise par l’intrusion du surnaturel dans le cadre réaliste d’un récit.

xLes Upanishad sont un ensemble de textes philosophiques qui forment la base théorique de la religion hindoue.

xiLe Yi King est un manuel chinois de divination.



Citer ce billet
Martin Geoffre (2021, 25 janvier). Chamanisme X Spectacle Vivant. Spectacle vivant et chamanisme. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmzb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.